cubivin2

      Pff, j'avais acheté un vin local en cubi, qui s'était révélé une piquette désagréable, presque du vinaigre. Très acide, je n'arrivais pas à la boire ; et du coup, je la coupais d'eau, de deux à trois fois son volume... Puis ce matin, comme il me fallait faire pas mal d'eau "bémérisée" pour cuisiner, j'ai eu l'idée de mettre mon cubi au milieu de la ceinture pour le dernier passage, car il n'y avait qu'une bouteille à travailler et il restait de la place. Je n'ai pas goûté le "nouveau" vin tout de suite. Aigre comme il était dans mon souvenir, rien ne pressait. Mais à midi, bien sûr, j'en ai tiré un peu ... eh mais, déjà, ce n'était plus le même ! Et maintenant, à 18 h, je constate qu'il s'est encore amélioré ! Oh, ça ne fait pas un grand vin, mais il est acceptable sans avoir besoin de le couper d'eau. A suivre donc ... Naturellement, je ne citerai pas le nom de ce vin. Pas envie d'avoir un procès ...

J'ai remis un coup de BEMER à mon cubi aux alentours de 21 h, et mon vin s'est encore amélioré à mon goût. Cela vaut le coup de tenter l'expérience, pour ceux qui en ont un...

Jeudi 17 avril 2014 11 h 34 : mon vin bémérisé est définitivement meilleur. Ca ne fait aucun doute.

Du coup, j'ai fait un autre essai, sur une bonne bouteille, cette fois :

 

DSCF3733

      Résultat : Je suis allé le porter cet après-midi, (samedi 26 avril), à la cave à vins où je l'ai achetée, soit huit jours après l'avoir passée deux fois huit minutes sous BEMER. On a fait l'expérience suivante : j'ai acheté une autre bouteille du même vin, même année, même cuvée. On a ouvert les deux bouteilles en même temps, puis le caviste s'est retourné pendant que je remplissais quatre verres : deux avec la bouteille bémérisée (marquée), et deux avec la bouteille que je venais d'acheter. Le caviste tournait le dos pendant cette opération, si bien que moi seul savais ce que je buvais. Il a reconnu tout de suite le vin bémérisé ! Ce dernier était "plus ouvert". ses tanins étaient "plus souples". Cette fois, c'est assez subtil par rapport à l'expérience du cubi citée plus haut.

DSCF3765

      Du coup, j'ai décidé de faire une nouvelle expérience : j'ai acheté une autre bouteille de vin, un merlot plus fruité, 14°, en provenance de chez Dominique Andiran, 32250, Montréal dans le Gers, France. Je le passe trois fois sous BEMER : la première aujourd'hui vers 17 h pour la photo, la seconde lundi 28 avril 2014 à 22 h 30, et la troisième, mardi 29 avril 2014, à 11 h 30 ; puis j'irai faire la même expérience dans la même cave : "L'ACCORD PARFAIT" à Lavaur, vers 17 h, de sorte qu'on est dans les 12 h qui suivent la rémanence de l'action BEMER sur le vivant. Je veux savoir si c'est plus efficace de bémériser un vin juste avant, ou une semaine avant.

      Et là ... ben non. La bouteille d'origine est meilleure que celle passée sous BEMER. Cette dernière s'est oxydée. Elle est plus acide. Déjà, ça se sent au bouquet. Du coup, j'ai repris les deux bouteilles pour tester chez moi, mais arrivé à l'appart, j'ai le même résultat. Boon, je regoûterai demain, pour savoir comment ça évolue. 

      En conclusion, pour l'instant, j'ai un cubi étonnament amélioré en buvant le vin juste après la bémérisation, un vin en bouteille "plus ouvert et plus souple" quand je le bois une semaine après la bémérisation, et un troisième, toujours en bourteille qui s'est dégradé, consommé 5 h 30 après sa bémérisation.