disques_intervert_braux

      Dès mes 34 ans, je savais que j'avais de sérieux problèmes avec mon dos. Il faut dire que j'avais une longue expérience des douleurs dorsales quand je me courbais plus que quelques minutes, lors d'un gros effort musculaire ou d'un long déplacement en voiture. Ce jour là, une radio révélait un pincement discal à la cinquième lombaire, mais aucune solution efficace n'était mise en place. Oh, j'avais bien droit à des conseils : plier mes genoux plutôt que me courber et quitter ma veste avant de m'asseoir au volant, par exemple, mais cela se révélait très insuffisant. Venait donc mon premier lumbago. A l'époque, je m'en sortais en allant voir un vieil homme à Carmaux, rebouteux diplômé en kinésithérapie, et ancien kiné de l'équipe de rugby de sa ville. Après m'avoir aidé à sortir de ma CX Pallas, il m'allongeait sur une table étroite, et pendant au-moins vingt minutes, déposait de l'huile de sésame sur ma peau, puis la faisait pénétrer entre mes vertèbres afin de pouvoir les faire bouger latéralement et même parfois verticalement, pour qu'elles retrouvent leur position naturelle. Redescendu de sa "table à repasser", il observait ma position, tâtait mon épaule suivait un fil invisible pour moi, puis extrayait  mon nerf sciatique d'un vif coup de pouce, dans l'articulation formée par le fémur et la hanche droite. La douleur était fulgurante et durable, mais le résultat efficace. Je lui tendais un billet de 500 francs, tant ma transformation était radicale. De plié en deux et tout tordu, j'étais redevenu normal. Eh bien il les refusait, n'acceptant que 100 francs, au motif qu'à 84 ans, il n'avait plus besoin de rien.

      Sauf qu'en 2010, donc 24 ans plus tard, j'avais un nouveau lumbago, traité en cinq minutes par un étiopathe, mais pour 40 €. Cela recommençait en 2011, avec deux lumbagos la même année, puis quatre en 2012. L'étiopathe devenait insuffisant, Le chiropracteur, (55 €), me faisait souffrir pour rien... Après avoir vu les radios de mon dos, mon médecin me disait qu'il n'avait comme solution pour moi, que les anti-inflammatoires ! Comme je connaissais leurs effets secondaires, je refusais de produire son ordonnance en pharmacie... Heureusement qu'arrivait la retraite, et surtout l'utilisation régulière du BEMER. 

      Sauf qu'en septembre 2014, rebelote. Là, je testais le Rolfing. Cette technique m'aidait à me tenir plus droit et à mieux respirer aussi, et de façon stable, puisque c'est toujours vrai ; mais pas efficace contre le lumbago. En plus c'était cher : 860 € les dix séances. Alors, entre les séances de rolfing, j'allais voir un acupuncteur - mésothérapeute : 120 € en deux séances pour des résultats peu durables, disons, la semaine. J'allais consulter une podologue, (60 €), qui m'indiquait que l'une de mes jambes (je ne me souviens pas laquelle), était plus courte que l'autre de 3,5 millimètres. Elle voulait me faire mettre des talonnettes. Je n'obtempérais pas. Par contre, j'avais des résultats intéressants avec les gélules de chez Santé Verte : GCA 2700, mais c'était lent à venir; et je ne voulais pas être condamné à prendre des gélules toute ma vie.

     Je savais aussi les résultats plaisants mais aléatoires et peu durables du sport : faire du vélo pour muscler le dos, du ski pour "faire craquer" et ainsi remettre les vertèbres en place, de la natation pour détendre les reins, ou même de la danse, par exemple. Cependant mon expérience en la matière, assimilait le sport à un coût temps - énergie trop important par rapport aux résultats que j'en avais tirés par le passé. Et puis, ce n'était que réparation d'une conséquence, pas l'explication et la suppression d'une cause.

.     En cherchant sur Internet, je commençais à soupçonner qu'il y avait peu-être à voir dans mon alimentation. J'essayais de manger beaucoup de fruits secs, genre pruneaux d'Agen, mélangés à des figues sèches et des abricots secs. Cela ne fonctionnait pas bien. Une amie mieux informée, m'indiquait que les épinards, en nettoyant l'intestin, l'allégeaient considérablement. Selon elle, cela soulageait d'autant ses muscles de soutien, qui du coup fatiguaient moins, et ne s'enflammaient plus. Je testais cette idée avec des épinards en branche, conservés dans des pots de verre, 1/3 à chaque fois, agrémenté d'un peu de crème fraîche et tiédi à la casserole. Cela marchait très bien ! Un peu plus tard, j'avais l'idée de consommer moins de pain et autres produits contenant du gluten ; lequel est une colle coriace qui met bien une semaine pour traverser le système digestif, et l'alourdit beaucoup trop. J'étais content, et pensais avoir trouvé une solution définitive, en associant moins de gluten à des épinards et à des kiwis ou à des avocats pour accélérer le transit.

      Mais le 24 octobre 2015, j'avais un nouveau début de lumbago. Dès le 27, j'allais à un rendez-vous avec un ostéopathe, (60 €), que j'avais déjà vu un mois avant, (60€), juste au cas où, pour l'entretien... Il me permettait de repartir à peu près droit, mais la douleur persistait... Or, l'après-midi même, je tombais sur ce message, lequel préconisait des injections sous-cutanées d'eau de mer "Quinton isotonique" filtrée mais non chauffée, sur les articulations. L'idée était que ma circulation sanguine était devenue insuffisante, que mes disques intervertébraux ne s'usaient pas comme je le croyais, mais s'asséchaient, diminuaient de volume, et du coup favorisaient le frottement des épiphyses qui devenaient douloureuses. L'eau de Quinton était destinée à les regonfler afin qu'ils retrouvent leur volume et leur souplesse. Je décidais de tenter le coup pour voir si cette technique améliorait mon sort. Il me fallait un devis. Le lendemain, ma première action était d'aller voir des amis, excellents connaisseurs en la matière. Et là, tout de suite, on me répondait que cette information était vraie ; et que d'ailleurs, ils connaissaient une infirmière capable de me faire ces soins. Rentré chez moi, je l'appelais. Il en résultait qu'il me fallait six séances à 35 € = 210 € plus ses frais de déplacements si elle venait chez moi, ou les miens si j'allais chez elle (68 km aller et retour). A cela il fallait rajouter six flacons de 250 ml d'eau de Quinton isotonique. Prix livré : 126,30 ( 19,90 par flacon si moins de 7, 17,88 au-delà, plus 6,90 de frais d'envoi). Et enfin les six pieuvres à huit branches pour un prix de 97 €, car livrées par 10. Total facturé : 433,3 € plus environ 50 € de frais de déplacement si je passais par l'infirmière, mais seulement 223,30 €, si je me faisais aider par mon voisinage. Pff, il était loin, le temps des soins efficaces à 100 balles ! Mais bon, dès le 29, mes commandes partaient par la poste, tant j'ai eus d'ennuis avec l'Internet. 

      En attendant les colis, je continuais à me renseigner, et trouvais une solution peu coûteuse que je testerai un de ces jours, à savoir prendre du souffre dilué dans de l'eau ; car il semblerait que ce soit un bon anti-inflammatoire, et même semble-t-il, un bon chélateur de produit toxiques.

      Le 10 novembre, je recevais mes colis et appelais l'infirmière. Elle me donnait R.V. pour le jeudi 12 novembre. J'y emmenais Daniel qui souffrait d'une sciatique depuis des mois, parce que le corps médical ne savait pas la gérer.

DSCF3559      La séance est assez longue, disons une bonne heure 1/4, tout compris,

et cela coûte 65,75 € (30,75 de produits + 35 € de soins infirmiers).

      Le 14 novembre, soient deux jours après, j'ai encore le dos sensible, mais 15, je ne le sens plus. Voilà où j'en suis aujourd'hui. Je vais donc suivre cette voie, et vous rendre compte des réactions de mon corps. Comme vous le comprenez en lisant cet article, il faut beaucoup de recul pour juger de la valeur d'une méthode. Cela tombe bien, je dispose de tout mon temps...

      J'ai continué ainsi jusqu'au 30 décembre, c'est à dire jusqu'à la huitième séance. Mon dos est "confortable", pareil pour mes membres inférieurs auxquels j'ai consacré une séance. Reste plus qu'à attendre pour voir si cette technique tient la distance. 

      Jeudi 21 janvier 2016

     Il y a un net mieux, mais ce n'est pas parfait. Je suis plus droit, plus dynamique, plus confortable aussi. Mon bas de dos se recale facilement ; mais je sens bien qu'il ne faudrait pas pousser beaucoup, pour qu'un nouveau lumbago se déclenche. Depuis le 17 janvier, j'ai eu plusieurs alertes. Du coup, je me dirige à présent vers la compréhension de l'influence de l'état de mes dents sur mon corps. J'ai quatre dents dévitalisées, et on me dit qu'elles peuvent être à l'origine de mes problèmes de lombalgies récurrentes ; car les dents dévitalisées, même bien soignées, sont infestées de virus (voir l'article donné ci-dessus). D'autre part, Patrick Marguet me dit que si on mâche toujours du même côté à cause de dents abîmées en face, cela déséquilibre la mâchoire tenue par 24 muscles qui s'accrochent derrière le crâne au-dessus du départ de la colonne vertébrale, et que cela se répercute dans tout le dos. Il me faut vérifier cela. J'ai R.V le 7 mars chez le" dentiste.

quinton_isoEn attendant, je prends du souffrre Bio actif pour supprimer ou du moins atténuer les douleurs :

soufre_bioactifPfiou ! là, j'ai l'impression que je suis tombé sur une pépite ! Je n'ai plus mal au dos, j'ai amélioré ma mémoire, mon sommeil et même ma libido ! Voici donc le livre qui en parle donc le mieux. C'est de Benjamin Dupré, publié aux éditions Grancher.